La Voleuse de livres

Voleuse de livres

Que dire sur ce livre, si ce n'est qu'il est bouleversant et a réveillé de vielles blessures, des questionnements que je croyais enfuis au plus profond de moi.
Ce roman nous conte l'histoire d'une jeune fille recueillie par une famille dans l'Allemagne nazie. Elle va résister, à sa manière, reprendre espoir en apprenant à lire (ironie de la vie, le premier livre, qui se présente à elle, a pour titre le manuel
du fossoyeur), alors que les autodafés sont légion. Les personnages sont, pour certains, tels Liesel et Rudy, attachants, pour d'autres antipathiques, mais ce sont eux qui portent l'histoire, car nous les suivons pas à pas dans leur quotidien. Pas de grands discours, pas de grandes théories, mais juste du quotidien, certes dramatique au regard de l'époque, mais relaté avec simplicité d'où une force extraordinaire.
 
Au fur et à mesure de ma lecture, Liesel m'est apparue extrêmement réelle, fragile et forte. J'en suis venu à la considérer comme ma petite soeur que je voulais protéger même si j'étais persuadé que mes efforts seraient vains. J'abordais chaque nouvelle page avec la peur au ventre, redoutant de lire l'inévitable. Mes émotions oscillaient entre angoisse et bizarrement espoir, entre pleurs et rires, entre résignation et colère.
 
Par ailleurs, l'originalité du livre vient du parti pris par l'auteur de prendre pour narratrice la Mort. Au départ, cela est assez déroutant puis , incidemment, on l'oublie pour se focaliser exclusivement sur l'évolution de la vie des personnages en général et de Liesel et Max en particulier.
 
Ce livre m'a permis également d'appréhender la guerre côté allemand, ce qui est plutôt rarrissime. La souffrance, le désespoir, la médisance, la lâcheté, la peur n'ont pas de frontières. Tous les peuples concernés par cette tragédie ont énormément souffert.
 
En conclusion, je dirais que ce livre est un véritable morceau de vie, un hymne à l'espoir par les mots mais également un acte de résistance contre l'oubli des atrocités commises par les hommes.